Trois personnes sur quatre en Suisse font suffisamment d’activité physique

NEUCHÂTEL - La tendance vers plus d’activité physique se poursuit en Suisse. 76% de la population font suffisamment d’activité physique et 64% font du sport toutes les semaines. 9% seulement sont inactifs, 26% ne pratiquent aucun sport. Les personnes physiquement actives ont de manière générale un style de vie plus sain. Des corrélations s’observent notamment avec la santé psychique et avec le stress. Si l’activité physique ne protège pas contre le stress au travail, elle peut aider à mieux le maîtriser. Les résultats ici présentés proviennent de l’enquête suisse sur la santé, que l’Office fédéral de la statistique (OFS) a réalisée en 2017 pour la sixième fois.

Le mouvement et l’activité physique, composantes essentielles d’un style de vie sain, aident à prévenir les maladies somatiques et psychiques. 76% de la population font suffisamment d’activité physique pendant leurs loisirs: ils pratiquent une activité physique d’intensité moyenne au moins deux heures et demie par semaine. Depuis 2002, on observe une tendance continue à l’amélioration des comportements en matière d’activité physique: la part des personnes qui font suffisamment d’activité physique est passée de 62% en 2002 à 76% en 2017. À noter surtout que la part des personnes inactives est tombée de 19% à 8%. En outre, les différences selon le sexe et selon l’âge se sont réduites.

Les personnes diplômées du degré tertiaires font plus de sport

Tous les groupes de population, cependant, n’ont pas le même degré d’activité physique. Des différences sociales s’observent notamment pour ce qui est de la pratique du sport: 42% des personnes sans formation postobligatoire font du sport au moins une fois par semaine. La proportion est de 73% chez les personnes diplômées du degré tertiaire.

Des différences s’observent également en fonction de la nationalité et de la région linguistique. Les Suisses alémaniques (79%) font plus d’activité physique que les Tessinois (68%) et les Suisses romands (67%). Les personnes de nationalité suisse et les personnes issues d’Europe du Nord et de l’Ouest se distinguent par un niveau d’activité physique élevé.

L’activité physique est l’une des composantes d’un style de vie sain

Indépendamment de l’âge et du sexe, les personnes qui ont une activité physique régulière font par ailleurs plus attention à leur santé et ont de meilleurs comportements de santé. Elles fument moins, ont une alimentation plus équilibrée et sont plus rarement en surpoids. Elles présentent moins de troubles physiques. Les personnes physiquement inactives sont exposées à un risque nettement plus élevé de diabète (OR = 4,5), d’hypertension (OR = 2,5) et d’hypercholestérolémie (OR = 2,1) que les personnes qui sont physiquement très actives.

Les personnes physiquement actives jouissent d’un meilleur équilibre émotionnel

L’enquête suisse sur la santé fait apparaître de nombreuses corrélations entre la santé et l’activité physique. Ainsi les personnes physiquement actives souffrent moins souvent de détresse psychologique moyenne ou élevée et elles souffrent plus rarement de problèmes de sommeil ou de dépression. Elles jouissent globalement de plus de soutien social, elles ont davantage le sentiment de maîtriser leur vie et ont un plus fort sentiment d’auto-efficacité personnelle.

Meilleure maîtrise du stress au travail

Les personnes qui font suffisamment d’activité physique se plaignent plus rarement de stress au travail et ont un degré plus élevé de tolérance au stress que les personnes qui ne font pas assez d’activité physique. Parmi les personnes qui éprouvent toujours ou la plupart du temps du stress, les personnes inactives ont au moins deux fois plus de risques que les autres de se sentir «émotionnellement vidées» (OR = 2,4) ou de souffrir de détresse psychologique moyenne ou élevée (OR = 2,8). Enfin, le risque de ne pas être en état de maîtriser son stress au travail est plus élevé chez elles (OR = 1,7) que chez les personnes entraînées.

Mode de vie sédentaire

Une grande partie de l’activité professionnelle se fait aujourd’hui en position assise et l’on est souvent assis également pendant les loisirs. Presque la moitié des personnes professionnellement actives (48%) sont assises six heures par jour ou plus. La proportion est de 42% chez les personnes sans activité professionnelle. On observe par ailleurs que la durée des périodes assises diminue avec l’âge: 60% des 15-24 ans sont assis six heures par jour ou plus, contre 24% des personnes de 75 ans ou plus. Rien n’indique que les périodes assises prolongées soient compensées par plus d’activité physique pendant les loisirs. Les rapports entre la position assise d’une part, les comportements de santé et l’état de santé d’autre part, sont peu marqués.

Le 30 août 2019. Source : communiqué de presse de l'OFS.


Inscrivez-vous à la newsletter employeur

Dernières news