16 personnes infectées par le virus Zika en Suisse, cas de dengue en hausse

BERNE / SAO PAULO - En Suisse, depuis l’introduction de la déclaration obligatoire des cas d’infections par le virus Zika, les autorités ont compté 16 cas. Comme seulement une minorité de personnes infectées par ce virus manifestent des symptômes (symptomatique chez environ 20% des individus), le nombre de cas pourrait être bien plus élevé.

Concernant ces 16 cas, le diagnostic a été confirmé par un test en laboratoire qui a permis de vérifier la présence du virus. C’est ce qu’a affirmé à l’ATS (agence de presse suisse) Patrick Mathys qui dirige la section de crise et de collaboration internationale pour l’Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP) à Berne. Pour tous ces cas, il s’agissait d’un retour de vacances à l’étranger. Autrement dit, actuellement le virus n’est pas indigène en Suisse.

Pour 7 des 16 cas au total, la destination était connue. Deux personnes revenaient du Brésil, deux de Colombie, une de Bolivie, une de Guadeloupe et une d'Équateur. Comme on peut le constater, l’Amérique latine est particulièrement concernée.

Symptômes du virus Zika

Une personne infectée par le Zika peut présenter les symptômes suivants : fièvre, démangeaisons avec plaques rouges, fatigue, douleurs articulaires, conjonctivite, etc. La durée des symptômes est de 2 à 7 jours.

Le virus du Zika se propage par une transmission du moustique infecté Aedes aegypti à l'homme. Ce moustique peut aussi transmettre en plus du Zika les virus de la dengue, de la fièvre jaune et du chikungunya. Ces maladies infectieuses sont courantes dans les régions tropicales et subtropicales. Le Brésil est un pays actuellement particulièrement touchés par ces maladies infectieuses.

Cas de dengue en hausse en Suisse

Selon les derniers chiffres de l’OFSP, 101 cas de dengue ont été constatés en Suisse jusqu’à présent (semaine 17 / 2016) depuis le début de l’année. C’est significativement plus que les années précédentes à la même époque, 45 en 2015 et 37 en 2014. En Suisse, le virus du chikungunya a été relevé chez 12 personnes jusqu’à présent contre 20 à la même époque en 2015.

Zika et microcéphalie

Selon les autorités brésiliennes et l'OMS qui ont communiqué à ce sujet fin mars 2016, une femme enceinte porteuse du virus Zika peut le transmettre à son enfant et ce dernier peut naître avec une microcéphalie foetale d’origine infectieuse, c’est-à-dire une tête plus petite que la moyenne. Cette forme de microcéphalie mène à des retards mentaux et parfois à la mort du foetus ou du nouveau-né.

Les CDC américains (Centers for Disease Control and Prevention) ont confirmé dans un communiqué publié le 14 avril 2016 les hypothèses des autorités brésiliennes et de l'OMS en affirmant que le Zika pouvait effectivement mener à des malformations comme la microcéphalie chez l'enfant à naître.

Microcéphalie au Brésil, derniers chiffres

Le 11 mai 2016, le Ministère de la Santé brésilien a confirmé exactement 1'326 cas de microcéphalies au Brésil depuis le début des investigations en octobre 2015 jusqu'au 7 mai 2016. Le nord-est du pays, plus chaud et pauvre en comparaison avec le sud et sud-est (ex. Sao Paulo, Rio de Janeiro), est très touché par les cas de microcéphalies.

Comment se protéger contre le virus Zika ?

Pour le moment, il n'existe aucun vaccin pour lutter contre le virus Zika. Un moyen efficace de se protéger du moustique porteur de ce virus est d'utiliser des répulsifs d'origine chimique comme le DEET, avec une concentration supérieure ou égale à 20% afin de garantir une protection sur une longue durée. Une autre substance efficace est la picaridine.

Il est aussi important de porter des habits qui couvrent la peau.

En savoir plus sur le virus Zika avec notre site partenaire Creapharma.ch

Le 12 mai 2016. Par Xavier Gruffat (pharmacien). Sources : ATS avec Pharmapro en allemand, OFSP, Creapharma.ch (dossier sur le Zika, voir en bas de l’article sur Creapharma les nombreuses sources utilisées pour la rédaction), © Copyright Bild: Purdue University (Indiana)


Inscrivez-vous à notre Newsletter

Dernières news