Mises à jour médicales - semaine 39/2018

Retrouvez ici les informations médicales de la semaine à retenir en fonction des dernières études scientifiques, communications officielles et congrès médicaux, article créé en partenariat avec Creapharma.ch.

SEMAINE 39/2018 (mise à jour le 26 septembre 2018)

24 septembre 2018

Paralysie (paraplégique), patient qui remarche
Une stimulation électrique de la moelle épinière grâce à un stimulateur et par la suite de la physiothérapie ont aidé un patient, Jered Chinnock, paralysé au niveau des jambes depuis l’année 2013 à marcher avec de l’aide. Âgé maintenant de 29 ans, il a été blessé à la moelle épinière au niveau des vertèbres thoraciques au milieu du dos dans un accident de motoneige en 2013. On lui a diagnostiqué à l’époque une perte fonctionnelle complète sous la lésion de la moelle épinière, ce qui signifie qu’il ne pouvait plus bouger ou sentir quoi que ce soit sous le milieu de son torse (patient paraplégique). Il a effectué 113 visites de réadaptation à la Mayo Clinic pendant un an et a franchi des étapes importantes au cours de séances individuelles. Actuellement, pour des raisons de sécurité, M. Chinnock se déplace en marchant seulement à l’aide de l’équipe de chercheurs. Ces résultats très impressionnants, obtenus dans le cadre d’une collaboration entre deux institutions américaines la Mayo Clinic et UCLA, ont été publiés le 24 septembre 2018 dans le journal scientifique de référence Nature Medicine (DOI : 10.1038/s41591-018-0175-7).
Plus d’informations avec notamment une vidéo du patient (en anglais)

Varices
Plus une personne est grande et plus le risque de varice augmente, selon une étude menée par l’Université de Stanford publiée le 24 septembre 2018 dans le journal Circulation (DOI : 10.1161/CIRCULATIONAHA.118.035584). Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont regardé les gènes qui mènent à une grande taille. Ils ont constaté une forte corrélation entre ces gènes et les varices. Les gènes de plus de 400’000 personnes ont été pris en compte dans cette étude utilisant des méthodes d’apprentissage machine (machine learning). Cette étude a permis de confirmer une information déjà connue, les personnes souffrant de thrombose veineuse profonde ont un risque supérieur de souffrir de varices. L’âge, le fait d’être une femme, la grossesse et le surpoids étaient d’autres facteurs de risque connus confirmés par cette étude. Selon les scientifiques une grande taille semble vraiment être une cause des varices et pas seulement une simple corrélation.
Lire notre dossier complet sur les varices

23 septembre 2018

Tuberculose
En 2017, la tuberculose a tué dans le monde 1,6 millions de personnes dont 300’000 étaient porteuses du VIH (séropositives), selon des chiffres publiés par l’OMS à New York le 18 septembre 2018. Environ 10 millions de personnes ont contracté la maladie dans le monde en 2017. Même si le nombre de décès et d’infections a diminué en 2017 comparé à 2016 certains pays sont particulièrement touchés comme les Philippines, le Mozambique et l’Afrique du Sud avec des taux d’infections élevés. Les cas de résistance aux médicaments contre la tuberculose sont particulièrement problématiques dans 3 pays qui représentent plus de la moitié des cas de résistance : la Chine, l’Inde et la Russie. L’OMS aimerait mettre fin à la tuberculose d’ici l’année 2030 et appelle à une mobilisation internationale.
Lire notre dossier complet sur la tuberculose

21 septembre 2018

Maladie de Lyme
Une étude de l’Institut Pasteur publiée le 31 juillet 2018 dans le journal scientifique Frontiers in Microbiology (DOI : 10.3389/fmicb.2018.01722) a montré dans une étude réalisée sur des souris que la transmission de la bactérie pouvait avoir lieu moins de 24 heures après la piqûre. En effet, contrairement aux souches américaines, toutes les espèces européennes de B. burgdorferique étudiées par les scientifiques de l’Institut Pasteur ont été détectées dans les glandes salivaires des tiques adultes avant le repas sanguin, suggérant la possibilité d’une transmission rapide des bactéries lors de la piqûre. En bon accord, l’infection se produit dans les premières 24 heures suivant la morsure de la tique adulte. De plus, l’analyse montre que les nymphes infectées par les espèces européennes de B. burgdorferi sont capables de transmettre ces pathogènes dans les 12 heures qui suivent l’attachement des tiques. Cette étude prouve que la transmission de B. burgdorferi peut survenir plus rapidement que ce qui est spécifié dans la littérature. Il est donc nécessaire d’enlever les tiques le plus tôt possible après la piqûre afin de prévenir l’infection.
Lire notre dossier complet sur la maladie de Lyme

Suicide au Brésil (statistiques)
Le nombre de suicides au Brésil était de 11’433 en 2016 ou 5,8 décès pour 100’000 habitants, selon les dernières statistiques du Ministère de la Santé brésilien publié le 20 septembre 2018. Il s’agit d’une augmentation de 2,2% par rapport à l’année 2015. Par comparaison, le nombre d’homicides en 2016 était d’environ 60’000 dans ce pays de 208 millions d’habitants. Comme dans la majorité des pays, plus d’hommes que de femmes se suicident, environ 4 fois plus au Brésil en 2016. Mais les femmes font plus de tentatives que les hommes. Le taux de suicide au Brésil reste encore à des niveaux inférieurs en comparaison avec les États-Unis ou certains pays d’Europe comme la France ou la Suisse. Le chômage pour les hommes et la violence contre les femmes sont d’importants facteurs de risque de suicide, selon un article de la Folha de S.Paulo qui abordait ce problème.

18 septembre 2018

Aspirine à faible dose (100 mg)
Si vous avez plus de 70 ans et que vous n’avez pas d’antécédents de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral (AVC), la prise d’aspirine à faible dose (100 mg) n’est pas utile pour une bonne santé, comme le résume la Mayo Clinic sur son site internet. Elle se base sur une étude publiée le 16 septembre 2018 dans le journal scientifique de référence New England Journal of Medicine (DOI : 10.1056/NEJMoa1800722). Cette grande étude a pris en compte  plus de 19’000 personnes âgées de plus de 65 ans résidant en Australie et aux États-Unis.  La conclusion de l’étude est que l’utilisation de l’aspirine chez les personnes âgées en bonne santé n’a pas prolongé la survie sans incapacité sur une période de 5 ans, mais a entraîné un taux plus élevé d’hémorragie majeure que le placebo. Cependant, comme le relève la Mayo Clinic qui n’a pas participé à cette étude, il existe des preuves qu’une faible dose quotidienne d’aspirine (ex. 100 mg) peut réduire le risque de récidive chez une personne qui a déjà eu un AVC ou une crise cardiaque. L’aspirine est aussi connue sous le nom de sa molécule, l’acide acétylsalicylique.

Le 26 septembre 2018. Sources : voir sur les liens de Creapharma.ch si les sources ne sont pas mentionnées dans les paragraphes ci-dessus. Crédits photos : Fotolia.com


Inscrivez-vous à notre Newsletter

Dernières news